AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 last friday night. (r)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tris Hawths

avatar

MESSAGES : 158
CREDITS : avatar d'anaëlle.

♢ UNHOLY TRINITY.
ADRESS: #000, 00th STREET
CONTACT LIST:
RP STATUS: 1/3

MessageSujet: last friday night. (r)   Lun 17 Fév - 22:12

nova&tris ₰ last friday night.

I just know you saved my life, you saved me. I'mma be alright, you saved me. How can I stand next to you all alone and do nothing at all? It starts in my hands, straight to my bones, head spinning when you fall. With my heart safe and sound, I stay. And my feet on the ground, I say. I've never been higher. Let the world catch fire. Living, loving, I stay. ▲ Hedley


Deux jours. Quarante-huit heures. Ça peut paraître minime, mais pour Tris, c’est bien loin d’être le cas. Ceci correspond aux nombres de jours où elle n’a pas adressée la parole à Nova. Pas un seul message, coup de fils ou café en tête à tête pour jours aux commères. Généralement, ils se donnent des nouvelles chaque jour et reste en contact du matin au soir. Mais pas là. Tris, jalouse maladive depuis déjà un bout de temps, n’a toujours pas digérée la dernière soirée passé en compagnie du bouclé. Ce dernier était resté scotché à une fausse blonde platine au cul plat une bonne partie de la soirée. Tout en laissant les mains baladeuses de cette espèce de pot de peinture ambulant sur lui. Ils devaient passer la soirée tous les deux. Pas avec une Barbie raté. Certes, sa crise de jalousie n’était pas justifiée. Pas du tout même. Elle n’a aucun droit sur lui, après tout, ils ne sont pas ensembles. Il ne lui doit rien. Mais dans le cas contraire, Nova aurait fait une crise mémorable. Lui, il bat la brune à plate couture. Chose bien compliqué. Malgré la rancœur qu’elle garde envers lui, ce mec qui compte tant pour elle lui manque. N’ayant pas l’habitude de lui en vouloir, c’est un peu difficile de l’ignorer ainsi. Enfin, pas tant que ça. Il suffit juste de se rappeler les caresses de la blonde sur le corps magnifique de son ami pour bouder tels une gamine. Parce que là, c’est tout à fait le genre de réaction d’une ado’. Se braquer, ne plus parler et ignorer. Aucune conversation. Une chose est sûre, c’est qu’elle allait craquer un moment ou un autre. Mais pas maintenant. C’est beaucoup trop tôt. Elle veut qu’il s’en veuille, qu’il se morde les doigts de l’avoir laissé ainsi pour s’amuser avec une autre. Il l’a trouvait à son goût ? Ce genre de fille superficielle qui ne parle que cheveux et se maquille toutes les cinq minutes ? Si c’est le cas, le jeune homme descend bien dans son estime. Passant furtivement une main dans ses cheveux, la brune avançait vers l’entrée de la boite qu’elle connaissait si bien. En même temps, quoi de plus normal ? Elle appartenait à l’une de ses bonnes amies, Roxanne. Alors venir faire la teuf au boulot de sa pote, Tris trouve ça banale, mais amusant. Elle connaît pratiquement tout le monde puis, elle a souvent quelques verres gratuits. Que demander de plus ? Payant son entrée –pour une fois- la jeune femme marchait d’un pas assurée, ses talons Christian Louboutin claquant sur le sol et sa robe petite robe noir Zara simple mais moulante qui mettait son corps en valeur, elle ne faisait pas spécialement attention aux gens déjà présent. Ce qu’elle voulait, c’était un verre. Un mojito ? Bien sûr, c’est sa boisson préférée. A chaque soirée, c’est ce qu’elle boit. Les mojitos. C’est toute sa vie, le cocktail dont elle ne peut plus se passer. Une soirée sans mojito, c’est une mauvaise soirée. Elle est sûr que son cœur ne sera pas à la fête. Ouais, c’est une véritable accro. Et alors ? S’accoudant contre le bar et souriant au serveur, la brune s’apprêtait à commander son cocktail fétiche mais fut bien vite interrompus. Un brun aux yeux marrons foncé lui parlait en posant une main sur son épaule. Comme si c’était naturel. Comme s’ils se connaissaient depuis longtemps. Ce qui n’est absolument pas le cas. La musique résonnait fortement dans la boite et les paroles de l’inconnu étaient incompréhensibles. Au bout de cinq bonnes minutes à essayer de décrypter chacun de ses mots, Tris finit par comprendre ce qu’il voulait. Danser. Elle voulait lui répondre qu’il pouvait bien y aller tout seul, qu’il n’était pas à son goût et qu’elle était sûr qu’il danserait comme un pieds. Mais la méchanceté gratuite, ce n’est pas son genre. Alors elle se contenta de sortir la même phrase que d’habitude. « Seulement si tu me paies un verre. » Sortant en prime, un doux sourire sur ses lèvres histoire de le faire succombé, se pauvre mec plein d’espoir. Puis, comme tous les hommes, il tomba dans le panneau et lui donna son fameux verre. Celui qu’elle attendait depuis deux jours. Ne prêtant pas attention aux paroles qui avaient l’air plus qu’ennuyeuse au mec dont elle ne savait toujours pas le prénom, Tris se contentait de boire de longue gorgé. Profitant de ce goût sucré et frai dans sa bouche. Ne voulant pas paraître impolie, la brune hochait la tête à ses paroles, ou question, comment pouvait elle savoir ? Ce gars avait l’air d’avoir tant de mal à parler. Elle crut qu’au bout d’un moment, elle finirait par éclater de rire. Enfin, le mec qui ne sait pas parlé finit par se barrer avec une tête de vexer. Ah. Tant pis. Elle trouvera bien quelqu’un d’autres qui sera en mesure de lui offrir un tas de verres et qui, par chance, ne sera pas trop bavard.  Finissant son verre d’une traite, la plus jeune de la famille Hawths balaya la salle du regard et sentit son cœur défaillir à la vue d’une personne. Ce n’est pas n’importe qui. Mais La personne qu’elle évitait comme la peste, Nova. « Merde. » Fut le seul mot qu’elle trouva à dire. Malgré le fait que, leurs yeux s’était croisé, et que la jeune femme mourrait d’envie de le rejoindre pour le serrer contre elle, elle se contenta de lui tourner le dos, se disant que, peut-être, il ne l’avait pas reconnu. Chose qui était bien certainement impossible. Regardant le barman, démoralisé, il eut de la peine et lui offrit un verre. Peut-être que sa soirée n’allait pas être si pourrit.
©flawless

----------------------
vous savez ce que vous êtes mlle je-ne-sais-pas-qui ? une poule mouillée. vous n’avez pas de cran. Vous avez peur de dire « d’accord, c’est la vie ». Les gens tombent amoureux. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nova Fawkes

avatar

MESSAGES : 53
PSEUDO : une pomme.
CREDITS : wild heart.

MessageSujet: Re: last friday night. (r)   Mar 18 Fév - 22:51


are you mine?
“tighten up on your reigns, you're running wild.”
{© tighten up ♫ the black keys
}
Δ ∇ Δ

L'air est froid, le vent souffle et emporte avec lui les derniers effluves de janvier. Les jointures des mains de Nova sont rougie par le froid. Il les observe d'un œil détaché. Le brun pose ses avant-bras sur son jean un peu trop serré et porte ses mains à sa bouche. Il souffle sur ses longs doigts d'un air distrait et clos légèrement ses yeux alors qu'une chaleur brève se répand sur sa peau glacée. Il est assis sur le trottoir juste en face du club. Il observe les gens, continuellement. Encore et toujours. Son attention passe d'une personne à l'autre, il se pose des questions plus futiles les unes que les autres. Et le temps passe lentement. La musique arrive par à-coup, à chaque ouverture de la porte, des mélodies s'échappent pour venir mourir dans l'air glacé. Le bruit diminue jusqu'à s'éteindre, la porte se referme et le bouclé reste là, à contempler le vide, les gens, l'horizon. Il est posé là depuis un moment déjà. Il a bu, l'alcool coule délicieusement dans ses veines, son esprit divague entre le flou et le net. Il voit le monde à l'envers. Il se pose des questions. Nova se demande ce que ce mec qui passe devant lui fait dans la vie, s'il rentre chez lui? Pourquoi est-ce qu'il a décidé de passer par ici, dans cette rue ? Il se drogue ? Pourquoi est-ce qu'il marche si vite, il veut échapper à quoi? Est-ce qu'il veut se changer les idées? Sa copine l'attend-il? Peut-être qu'il est seul? Est-ce qu'il voit encore ses parents? Et cette bague qu'il porte à son index, elle représente quoi? Peut-être qu'il l'a juste acheté lui-même parce qu'il la trouvait classe? Ou parce qu'il est trop peureux que pour franchir le pas et l'épouser, sa meuf. Ses yeux sont figés sur ses pompes, pourquoi est-ce qu'il n'ose pas regarder les gens dans les yeux? Il a peur de quoi? Et cette blonde là-bas, qui vomit ses tripes, à quoi est-ce qu'elle est en train de penser alors qu'elle gerbe en poussant ses cris d'animaux? Et pourquoi est-ce qu'elle est seule? Son copain ou sa copine vient de la larguer ? Définitivement sa copine. Nova plisse les yeux, ça tangue. Il continue son manège un bon moment. Une éternelle clope flottant contre sa peau couleur sang teintée et abusée par le froid. Le brun tire sur sa cigarette et la nicotine s’empare de son corps lentement, son esprit se relax, ses doigts se décrispent. Les battements de son cœur diminuent furtivement, il est bien. Pendant un moment, Nova garde les yeux clos, il respire profondément, il s’imprègne du moment. Le bouclé pense vaguement à son groupe de potes qu'il a abandonné à l'intérieur. Il leur a dit qu'il reviendrait dans deux minutes, ''je vais juste pisser''. Sauf que non. Il a fui la peur. Dès qu'il a fermé les yeux et qu'il s'est laissé emporter par la musique, c'est son visage à elle qui est apparue dans la pénombre de ses paupières. Nova arrivait presque sentir sa présence dans son dos, son souffle dans sa nuque. Ça fait deux jours qu'ils s'ignorent tous les deux volontairement et cette impression qu'il a eu d'être avec elle, c'était juste trop. Son cœur a manqué un battement, il s'est arrêté brusquement de bouger et s'est échappé le plus vite qu'il pouvait de cette espèce de prison de corps humains. Et il est là, posé sur ce putain de trottoir à attendre que ça se passe, comme le mec un peu paumé qu'il est. Nova enfouit sa tête dans ses mains, l'alcool lui brouillant la notion du temps. Il soupire lourdement, son souffle se transforme en nuage laiteux.

Le vent se fait plus agressant, plus froid. Le bouclé relève la tête doucement et c'est là qu'il la voit. Au début, il pense qu'il a une sorte d'hallucination. C'est pas possible, elle peut pas être là, pas à dix mètres de lui, pas maintenant, pas ici. L'alcool l'empêche de raisonner clairement. Nova la fixe les sourcils froncés évoluer jusqu'à la porte de la boite. Ses talons claquent sur le sol, bousillent les tympans de Nova. Elle pénètre dans le club, il se lève et la suit à distance. Comme toujours, partout.

*         *          *
Ses pupilles accrochent son corps, se pose sur chaque parcelle visible de sa peau dorée. Les doigts de Nova se ressert sur le verre qu'il tient entre ses doigts. Le brun observe Tris et cette espèce de pré pubère qui se penche sur elle comme s'il voulait plonger dans son décolleté. Les lèvres du jeune homme s'étirent en un sourire amer malgré lui. Quel con. Le mec paie un verre à Tris, et l'idée qu'ils couchent ensemble traverse l'esprit du bouclé. Ses doigts se resserrent davantage autour de la paroi glacée de son verre. Nova veut s'approcher, il doit arrêter ça. Il fait un pas en avant, et à ce moment-là Tris se retourne. Elle le voit. Le temps ralenti, les secondes se prolongent. Le brun rencontre le vert. Le bouclé s'apprêtait à lui faire un signe, à lui sourire, il allait faire quelque chose, n'importe quoi mais Tris s'est retournée brusquement, comme si elle ne l'avait pas vu, comme s'il n'existait pas. Nova fronce les sourcils. En deux secondes il est derrière elle. Le brun se colle à son dos, il est trop près. Son équilibre se casse la gueule, l'alcool le perturbe. Le bouclé renferme ses doigts autour du bras de la brune, ses ongles s'enfoncent légèrement dans sa peau. Il a trop bu et il la veut. « T'es sérieuse Tris? Tu m'évites? » Ça fait deux jours, c'est excessivement con mais Nova ne peut pas s'empêcher de la toucher. « C'était ton mec? » Son ton est froid, cassé. Putain, elle lui a manqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tris Hawths

avatar

MESSAGES : 158
CREDITS : avatar d'anaëlle.

♢ UNHOLY TRINITY.
ADRESS: #000, 00th STREET
CONTACT LIST:
RP STATUS: 1/3

MessageSujet: Re: last friday night. (r)   Mer 19 Fév - 19:44

Jouant avec les feuilles de menthe présente dans son verres à l’aide d’une paille, Tris essayait de se faire discrète, allant même à cacher son visage avec ses cheveux. Chose stupide et inutile. Elle savait très bien qu’il l’avait vu. Leurs regard s’était accrochés, des étincelles avait jaillit de part et d’autres et coupant précipitamment le contact entres leurs yeux, Tris en avait le cœur tout chamboulé. Enfin, s’il n’y avait que ça. Entre les coups de chaud, ses espèces de papillons à la con dans son ventre et son cœur qui allait bien finir par perforer sa poitrine, elle n’en pouvait plus. Cette distance entre eux deux était en faîte un véritable supplice. En voulant lui faire du mal à lui, elle s’en faisait aussi. Triste sort. A force de jouer avec le feu, on finit bien par se brûler. Et c’est tout à fait ce qui arrivait. S’apprêtant à boire une grande gorgé de sa boisson, la brune sursauta en sentant un torse chaud, et dur, se coller à son dos. Une main, douce comme une peau de bébé et beaucoup plus grande que la sienne se posa sur son bras et le serra, fort. Trop fort. Le lendemain elle en aura surement des bleus, mais à ce moment-là, elle s’en fichait royalement. Parce que c’était lui. Ce mec dont elle était irrévocablement folle. Oui, ce n’est pas comme si elle n’avait pas essayé de se changer les idées avec d’autres mecs qui auraient pu lui faire oublier. Mais rien à faire. Chacune de ses pensées se tourne vers lui. Sentant des ongles s’insérer lentement dans sa chair, la jeune femme se tourna vers le bouclé. Il lui faisait mal, mais sentir leurs peau en contact, ça, elle adorait. Ses yeux noisette plongés dans les yeux verts de Nova, elle mit un certain temps avant de comprendre ses paroles. N’y prêtant pas tant attention. Elle était beaucoup trop absorbée par ses yeux. Les observer pendant des heures, sans rien faire d’autres, elle en serait tout à fait capable. Enfin, le temps passe et, Nova avait l’air d’attendre une réponse. Mais qu’est-ce qu’elle pouvait bien lui répondre à ça ? Oui elle l’évitait, mais lui dire directement se serait assez méchant. Puis, il ne fallait pas être un géni pour remarquer à quel point il était mal. Jamais il ne l’avouerait, mais elle le connaissait si bien. Lui qui a toujours le sourire aux lèvres et les yeux brillant, pleins de vie, là, il avait l’air déprimer. Et encore le mot est faible. Le mensonge. C’est l’option qu’elle trouvait la plus juste pour lui répondre. C’est une mauvaise menteuse, tout le monde le sait, mais peut-être qu’aujourd’hui, elle y arriverait. « Je ne t’avais pas reconnus. » Excuse bidon. Tout le monde le reconnaît. Pas que grâce à sa chevelure légendaire, mais aussi pour ses fameux yeux, ses fossettes adorables et son corps de rêve. Puis, monsieur est mannequin, c’est une chose inoubliable et non négligeable. Qu’il soit mannequin ou non, Tris s’en tapait complètement. Ce n’est pas grâce à ça qu’elle l’apprécie. Il aurait pu être éboueur ou chanteur dans le métro, ses sentiments envers lui seraient toujours les mêmes. Tentant de garder une attitude distante et froide, il ne fallait pas qu’elle regarde ses yeux encore plus longtemps. Déjà, elle se sentait chavirer et prête à craquer. Le prendre contre elle et le serrer comme jamais. Elle aime être dans ses bras. Elle s’y sent bien, vivante et en confiance. Etant quelqu’un de rancunière, ce n’est pas son genre de pardonner facilement en peu de temps. Mais il faut être honnête, jamais elle n’a tenu aussi longtemps face à lui. « C'était ton mec? » Sa voix froide lui fit froncer les sourcils. Il était sérieux ? Comment pouvait-il se montrer jaloux après tout ça ? C’est du foutage de gueule pur et dur. « C’était ta meuf l’autre blondasse ? » Sincèrement, Tris ne savait pas ce qu’il trouvait à ce genre de filles. A chaque fois, c’était des blondes. Très pulpeuse avec un QI de poulet. Ce qui la vexait d’autant plus, c’était que toutes ces filles-là étaient son parfait opposé. Jalousie quand tu nous tiens. Ce qu’elle lui avait répondus n’était pas très fin non plus. Elle l’avait dit sans trop réfléchir, les souvenirs des mains baladeuses sur le bouclé lui revenant en plein gueule. Comme si on la claquait avec un poisson que l’on sortait du congel. Bougeant son pied nerveusement, elle attrapa son verre et but quelques longues gorgés. Peut-être que l’alcool la détendrait un peu. La rendrait moins à cran. Ou jalouse. En tout cas, elle était plutôt fière de ne pas avoir en craquer. Peut-être que, le fait de ne pas le regarder aidait un peu. Se tournant tout de même vers lui, toute sa concentration était tournée vers la pointe de ses cheveux. Les contemplant, les entourant autours de ses doigts, elle faisait en sorte de paraître très occupé. Mais ce petit jeu l’ennuyait. Ils devaient parler, comme des adultes. Ou plutôt comme des gens de leurs âges. Parce que, niveaux maturité, ils en sont souvent loin. Sentant la faiblesse revenir à grand pas et surtout l’alcool qui lui montait un peu à la tête, elle lâcha quelques mots. D’une petite voix tremblante, qu’elle essayait de maîtriser. Ce qui échoua lamentablement. « Tu m’as manqué. » Espérant que la musique est couverte ses paroles elle reprit une gorgé de Mojito et serra fort son verre entre ses mains, histoire d’avoir un peu de fraîcheur. Ses joues lui chauffaient et ses yeux le fuyaient, une fois de plus.

----------------------
vous savez ce que vous êtes mlle je-ne-sais-pas-qui ? une poule mouillée. vous n’avez pas de cran. Vous avez peur de dire « d’accord, c’est la vie ». Les gens tombent amoureux. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nova Fawkes

avatar

MESSAGES : 53
PSEUDO : une pomme.
CREDITS : wild heart.

MessageSujet: Re: last friday night. (r)   Lun 24 Fév - 20:53

Le sang pulse violemment dans ses veines, ses tympans vrillent en harmonie avec les ondes sonores, il a la tête qui tourne, les mains moites et le cœur qui bat à une allure anormale. Tous ses sens sont focalisés sur la brune qui occupe ses pensées depuis des semaines. Elle l'empêche de réfléchir avant d'agir. Le bouclé la regarde parler, ses cheveux bruns chocolat tombent en cascade sur ses épaules. Elle est belle. Les iris émeraude de Nova se posent un instant sur ses lèvres roses, parfaites. Le brun est pris d'une envie soudaine de l'embrasser, là, tout de suite. Il se demande comment est-ce qu'elle réagirait, est-ce qu'elle le laisserait faire ou bien est-ce qu'elle le repousserait trop rebutée par l'idée de toucher les lèvres d'un mec qu'elle considère comme son petit frère? Parce que ouais, Nova y a pensé, souvent, trop souvent à tel point que c'est devenu une espèce d’obsession. Leur relation est plus que fusionnel, ils s'embrouillent, ils se taquinent, ils se réconcilient. Le bouclé en est arrivé à la conclusion que Tris le perçois comme un frère. Elle ne peut pas éprouver les mêmes sentiments qu'il ressent, c'est juste impossible. Il a pas envie d’espérer pour quelque chose qui n'arrivera jamais alors il se contente de sa supposition. Douce désillusion. Son regard se détache difficilement des lèvres de Tris, et il l'écoute parler, un sourcil relevé. Nova a envie de rire, ses côtes se contractent doucement. Sérieusement. Elle l'évite et elle se fout de sa gueule? Il est certain qu'elle l'a vu, il est sûr qu'elle l'a reconnu. Il le sait. Le bouclé lève les yeux au ciel et se détache de son corps. « Tris, te fous pas de moi. » Son ton est las, fatigué. Il a envie de tout lui envoyer à la gueule, il en a marre de tout garder pour lui. Nova veut lui dire qu'à chaque fois qu'il la voit, il n'a qu'une envie c'est de la coller contre le mur le plus proche et de l'embrasser comme si sa vie en dépendait. Il veut explorer sa bouche pour y découvrir tout ce qu'elle cache, il veut tout connaître d'elle, il veut qu'elle le laisse voir son âme. Putain. Nova ne se reconnaît même plus, il est là à suivre les faits et gestes de la brune constamment alors qu'il pourrait facilement se taper n'importe quelles meufs qui dansent dans cette salle. Mais non, il reste là, prêt de Tris. « C’était ta meuf l’autre blondasse ? » Nova flanche, aucun son ne sort de sa bouche. Il observe la brune descendre le liquide qui stagne dans son verre à une vitesse hallucinante. Ses traits se déforment. Évidemment, il aurait dû se douter qu'elle allait revenir à la charge, le bouclé aurait tellement préféré qu'ils passent à autre chose. Il a envie de danser avec elle, de lui dire qu'elle est belle mais d'autres mots s'échappent d'entre ses lèvres entrouvertes. « Ça te regarde? » C'est puéril et immature et il s'insulte mentalement. Nova recule d'un pas, il a pas besoin de ça, il veut pas s’engueuler avec elle seulement fierté à la con l'empêche de raisonner. Perdu dans ses pensées, il entend à peine les mots murmurés de la brune. « Tu m’as manqué. » Tris porte son mojito devant sa tête comme si elle tentait de se cacher derrière sa barrière de verre. Qu'est-ce qu'il aimerait pouvoir s'échapper, voler et ne plus jamais revenir. Parfois il se dit qu'il aurait préféré ne jamais la rencontrer, elle le perturbe trop, il n'arrive plus à penser plus quand elle le regarde. C'était tellement plus simple avant. Tellement plus facile. Et puis Nova repense à tous les bons moments qu'ils ont partagés, il la voit rigoler un peu trop fort au cinéma à une blague qu'il lui a racontée, il la voit bronzer allongée sur le dos alors qu'il l'observe caché derrière le livre qu'il fait semblant de lire. Et les souvenirs se bousculent ses regrets s'envolent aussi vite qu'ils sont apparus. Sauf que ce soir, il a un peu trop bu et tout se mélange. Le brun devrait être heureux, il devrait enfouir son nez dans son cou et l’entourer de ses bras. Mais tout se mélange, le sang pulse dans ses veines. Tu m'as manqué. Ça fait mal. Peut-être qu'il ne lui a pas manqué de la manière qu'il veut. Il a envie d'arrêter, de la prendre dans ses bras et de tout oublier, de tout oublier pour ne garder qu'elle. Juste elle. Sauf qu'ils sont Nova et Tris et qu'avec eux rien n'est simple, tout est compliqué. Nova oublie la dernière phrase de Tris. Ses yeux se voilent, sa voix se brise. « T'as fini de jouer avec moi? Putain mais Tris, on est pas ensemble?! J'ai aucun compte à te rendre, je baise avec qui je veux, t'as rien à me dire ok? Tu peux pas continuer à faire ça parce que- parce que... » Parce que y'a ce truc qui fait que mon cœur bat plus vite quand tu es là. Tris. Tris. Tris. Ses yeux rivé dans ceux de la brune, il respire bruyamment, ses pupilles sont dilatées. Il est foutu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tris Hawths

avatar

MESSAGES : 158
CREDITS : avatar d'anaëlle.

♢ UNHOLY TRINITY.
ADRESS: #000, 00th STREET
CONTACT LIST:
RP STATUS: 1/3

MessageSujet: Re: last friday night. (r)   Mar 25 Fév - 22:07

Une gêne la hante. Elle ne sait pas quoi faire, pas quoi dire. C’est bien la première fois que ça lui arrive. C’est le genre de fille qui a toujours le dernier mot et qui trouve tout le temps quelques choses à dire. Que ce soit important ou non d’ailleurs. Quand Tris est en compagnie de Nove, c’est quelques choses que l’on peut qualifier d’explosif. Que ce soit dans les bons ou mauvais moment. Tout le monde les repère facilement. Soit parce qu’ils font une énième scène dut à la jalousie et tellement de non-dit, soit parce que leur proximité et complicité évidente apportent le doute. Bref, c’est un duo de choc. Du genre inséparable, malgré les nombreuses prises de tête. Ce qui est sûr, c’est qu’il ne s’ennuie pas. Mais toutes ses histoires étaient de plus en plus dures à gérer pour la brune. Elle ne supportait plus leurs jeux à la con. Rendre l’autre jaloux et se taper tout ce qui bouge. Surtout qu’à la base, ce n’est pas du tout son genre. Les coups d’un soit ou les sexfriends, c’est pas son kiff. Les histoires sérieuses sont plus faîtes pour elle. Mais aux côtés de Nova, elle se sent capable de tout. Comme si à chaque fois qu’elle est en sa présence, il lui pousse un peu comme des ailes et que tout est possible avec lui. Pour Tris, le bouclé ne la considérais comme une fille de plus qui par miracle, il ne veut pas se taper. Allez savoir pourquoi. Et rien que de penser à ça, ça la rend folle. Elle n’est pas assez bien pour lui ? Surement. Elle le trouve tellement parfait qu’à coter de lui, la jeune Hawths à l’impression de faire tâche. De ne pas être assez bien. En ce moment, c’était la période froide. Ce qui veut dire que, entre deux, c’était loin d’être le monde des bisounours. Ayant une trop grande fierté, une dispute risquait très fortement d’éclater.   « Tris, te fous pas de moi. » Voilà, il ne l’avait pas cru. Elle en était sûr, mais elle avait eu cette once d’espoir que peut-être, pour une fois, la chance serait de son coter. Il faut croire que non. La chance ce n’est pas vraiment son truc. Au ton de la voix de son très cher ami, Tris avait l’amer sensation de le faire chier. Ce n’était peut-être qu’une impression, mais elle détestait ça. Serrant son verre dans les mains, elle se contenta de serre les dents, prête à répliquer une phrase cinglante. Comme à son habitude. Elle n’est pas du genre à se laisser marcher dessus, bien au contraire. Fidèle à elle-même, une phrase lui échappa. Celle-ci n’était pas si méchante, malgré le ton froid qu’elle employait. « Qu’est-ce que ça peut bien te faire ? »  Arquant un sourcil et fixant droit devant elle, sa phrase n’était rien d’autres qu’une provocation. En réalité, son avis contait. Ce qu’il pouvait ressentir contait d’autant plus. Et ne parlons pas de ses sentiments. Ça, c’est le genre de truc qu’elle voudrait absolument savoir. Histoire d’être fixé et pouvoir avancer. Que ce soit positif ou bien négatif. Dans le cas qui lui serait le plus sinistre, elle aurait bien du mal à s’y faire, mais aurait-elle le choix ? Non. Après tout, elle n’allait pas le forcer à l’apprécier. Enfin apprécier ce n’est pas le mot le plus juste. Aimer l’est déjà d’autant plus. Pour l’instant, ils étaient bien loin d’une histoire d’amour à l’eau de rose. Il venait même à croire qu’elle sortait avec un mec qui sortait a peine de l’adolescence avec une peau plus qu’acnéique. La seule chose qu’elle pouvait lui répondre, c’était la blonde qui le collait tels un post it lors de leurs dernières soirées. « Ça te regarde? »   C’est une blague ? Ouais, ça ne peut qu’être ça de toute manière. Sans quoi, c’est juste du fouttage de gueule. Il venait de lui poser la même question, à quelques choses près, et il se permettait de lui répondre ça ? Sans tenir une seconde de plus, les yeux noisette rencontrèrent les émeraudes pour une lutte acharnée. Elle se doutait qu’à ce moment-là, son regard ne pouvait que le fusiller. Elle détestait se faire remballer, qu’on lui parle mal. Alors quand c’est une personne avec qui elle est proche, elle a encore plus de mal à l’accepter. Enfin pour dire vrai, elle était surtout très vexée. Croisant les bras, histoire de montrer son désarroi encore plus, son regard ne flancha pas une seule fois. A ce moment-là, bien sûr. « Très bien, si tu veux jouer, on va jouer Fawkes. »   Finissant son verre cul sec, elle plaqua se dernier sur le bar et se leva de son tabouret, prêt à en lui faire baver. De la façon la plus simple qui soit. En le rendant jaloux. Vu dans quel état il se trouvait, ça risquait de n’être pas si difficile. A peine elle allait danser avec un mec, elle le voyait déjà faire une crise phénoménale. Pourtant, elle n’éprouvait aucun plaisir de se déhancher contre ses hommes qui ne l’attirait même pas. Enfin si, le seul plaisir qu’elle y éprouvait, c’était de le voir jaloux. Au moins, ça lui montrait qu’il tenait un minimum à elle. A un moment de pure absence, elle avait échappé seulement trois mots. Qui en temps normal, l’aurait flatté. Sauf que tout ça eu un tout autre effet. Elle ne s’y attendait tellement pas qu’elle fut, on peut le dire, sur le cul. C’est parole lui fit du mal. Mais pas genre des trucs qui blessent sur le moment et qu’on ballait du revers de la main ensuite. Non. Ca, elle savait que ça resterait gravé dans sa mémoire. Ça lui faisait si mal… Son cœur se déchiquetait face à ses dures paroles. Elle ne s’y attendait tellement pas que la douleur se multipliait par dix. « T'as fini de jouer avec moi? Putain mais Tris, on est pas ensemble?! J'ai aucun compte à te rendre, je baise avec qui je veux, t'as rien à me dire ok? Tu peux pas continuer à faire ça parce que- parce que... » Son regard s’embua et fixa rapidement le sol. Elle ne voulait pas pleurer. Et encore moins devant lui. Tout ce que Tris désirait le moins au monde, c’était de lui montrer ses faiblesses. Surtout si c’est à cause de lui. Elle hésita longuement entre craquer et continuer ce jeu puéril de celui qui aura le dernier mot, ou bien partir, et le laisser en plan, histoire qu’il réfléchisse bien à ses paroles. Inspirant un grand coup, histoire de tenir et de ne surtout pas craquer, elle recula de quelques pas. « Parce qu’on a juste plus rien à se dire. Tu me prends pour quelqu’un de malhonnête et d’égoïste c’est ça ? Tu me déçois. Moi je dois agir comme tu le souhaite mais dès que je te pose une question, tu t’emballes. Réfléchis Nova, ça ne te fera surement pas de mal. » Sans attendre, elle tourna rapidement les talons et se dirigeait vers la sortie. Ayant la mauvaise impression d’étouffer et sentant sa gorge se serrer d’avantage, tout ce qu’elle se disait en boucle, c’était de tenir. Quelques mètres encore, et ses larmes auront tous les droits de franchir la barrière de ses yeux. Mais pas maintenant. Pas alors qu’il est à quelques mètres et il qu’il risque de tout voir.

----------------------
vous savez ce que vous êtes mlle je-ne-sais-pas-qui ? une poule mouillée. vous n’avez pas de cran. Vous avez peur de dire « d’accord, c’est la vie ». Les gens tombent amoureux. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: last friday night. (r)   

Revenir en haut Aller en bas
 
last friday night. (r)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Friday Night Lights
» Friday Night Lights
» Friday Night Lights
» [2006] Friday Night Lights
» Five times Tim Riggins comes through Lyla Garrity's window (Friday Night Lights)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRETTY LITTLE FASHION. ✯  :: WASHINGTON HEIGHTS, CHICAGO :: Cicero Street :: Board Room-
Sauter vers: